Des SIC et des nations

Publié le par CDAOA

Plusieurs centaines de personnes, des mois de préparation pour l’unique exercice « live » de l’OTAN en 2008... L’exercice aérien interallié Noble Ardent 08 fait se côtoyer treize nations membres de l’Alliance du 06 au 16 octobre 2008. Un des domaines d’action privilégié de la coopération interalliée réside dans les systèmes d’information et de communications (SIC). Sans transmissions, pas de mission. Les SIC jouent un rôle central dans le déroulement des opérations aériennes. Ils permettent l’échange des informations nécessaires à l’élaboration de la stratégie aérienne du théâtre. Grâce aux SIC, le commandement dispose d’une vision précise de la situation globale du terrain, aperçu indispensable à une réaction adéquate.
L’un des objectifs de Noble Ardent est de développer l’interopérabilité des moyens et des méthodes de travail, afin de permettre à la France d’assurer l’alerte de la composante aérienne de la Nato Response Force 12 (NRF 12) au 1er janvier 2009. Les SIC sont un des champs d’action où la coopération interalliée s’illustre également. Depuis des mois, des militaires de l’Alliance, dont les français travaillent à la mise en place de l’exercice. Le commandant espagnol Lopez prépare l’exercice depuis des mois. Ce pilote de formation a notamment planché sur l’architecture SIC. « J’ai participé à la réalisation de la documentation nécessaire, explique le commandant Lopez. Pour cela, j’ai été en contact régulier avec mes homologues français des SIC, notamment avec les lieutenant-colonels Fourcaud et Thiallier, responsables du détachement français. Nous avons travaillé main dans la main dès les prémices de l’exercice. »



L’arrivée des premiers éléments sur la base aérienne de Solenzara remonte à plusieurs semaines. Les Italiens du second bataillon NCSA (Nato CIS Services Agency) de Vérone ont acheminé leur matériel par convoi routier, le 20 septembre 2008. Le lieutenant-colonel Zani en est le responsable. “Notre rôle est de mettre en œuvre un module de communications déployable (DCM) », détaille l’officier italien. Une structure SIC, appelée Point of Presence (POP), est déployée aux côtés des installations françaises. Les antennes satellites de l’OTAN côtoient les systèmes Syracuse français. La coopération entre les deux entités se déroule admirablement. « Nos relations avec les Français sont excellentes, explique le Lcl Zani. Nous échangeons nos expériences respectives. Cela est très enrichissant. » Au total, une vingtaine de militaires de l’OTAN (Italiens, Américains, Belges, Espagnols) travaillent de concert avec les éléments français pour les installations techniques ou au sein de l’Excon (Exercise Control), en attendant un renfort important des structures pour l’exercice Steadfast Joiner au mois de novembre 2008.

Publié dans actu

Commenter cet article

Christophe 14/10/2008 16:54

Bonjour
Je salut les GT , bon courage
Bricole