Unités aériennes Françaises 1/2

a

a Présentation des unités françaises, cliquez pour y arriver directement  : 
L’Escadron de Chasse 02.012 "Picardie"     L’Escadron de Transport 01.064 "Béarn"
  L’Escadron de Reconnaissance 01.033 "Belfort"     L’Escadron de Transport 02.064 "Anjou"
  L'Escadron de Reconnaissance 02.033 " Savoie "     L'Escadron de chasse 01.004 "Dauphiné"
  L’Escadron de Chasse 01.007 "Provence"     L'Escadron de chasse 02.004 "LA FAYETTE"
  L’Escadron de Chasse 03.003 "Ardennes"     L'Escadron de Transport 02.061 "Franche Comté"
  L'Escadron de Transport 01.061 "Touraine"    

    
   
                


Fighter Squadron 02.012 « Picardie »

Cet Escadron implanté sur la Base aérienne 103 de Cambrai, repose sur des traditions de deux illustres escadrilles:la SPA 173 "L"oiseau Bleu" et la SPA 172 "Le Perroquet Rouge" datant de la première Guerre Mondiale.

Sa principale mission est  la défense aérienne notamment au niveau européenne. Il participe également à de nombreux  déploiements internationaux. En effet, il a participé aux opérations de combat au Tchad, en Bosnie, au  Kosovo et à la première guerre de Golfe.

L'escadron est composé de 17 avions de chasse de type Mirage 2000C RDI , accomplissant environ 10 000 heures par an.

20%ces missions sont effectuées depuis l’outre-mer(à l'étranger).

accès site Armée de l'air>>

<< retour Haut de page

<< retour page "Unité participantes"



L’Escadron de transport 01.064 " Béarn"

L’Escadron de transport Béarn est un escadron de transport tactique, c'est-à-dire que ses aéronefs et ses équipages sont amenés à remplir leurs missions dans un environnement hostile. Escadron de transport le plus décoré de France, il participe activement à de nombreuses opérations et puise son expérience et sa maîtrise dans son illustre passé.

Voici une rapide présentation de ses diverses missions.


MISSIONS GENERALES ET PERMANENTES

L’ensemble des missions de l’escadron présente deux aspects principaux :
•    Missions à caractère logistique
•    aérotransport régulier : missions régulières en métropole ou vers les différentes bases outre-mer ,
•    aérotransport à la demande (mission d’alerte, dépannage d’autres aéronefs).

•    Missions à caractère tactique
•    Aéroportage : transport de personnel ou de matériel sur un terrain en environnement hostile ,
•    Aérolargage : largage de matériel ou de personnel, à haute, moyenne, ou basse altitude,
•    ravitaillement en vol d’autre aéronef : autre Transall ou avions de chasse.     



B/ AUTRES MISSIONS

Les autres missions de l’Escadron consistent en :
•    la formation des personnels sur C 160 Rénové,
•    la formation des personnels sortant des écoles en vue de l’obtention des qualifications tactiques et logistiques sur Transall,
•    le maintien en condition opérationnelle des personnels qualifiés,
•    la tenue des alertes dévolues à l’Escadron.

C/ STATIONNEMENT

L’Escadron BEARN est arrivé à EVREUX le 1er septembre 1967. Suite à la dissolution de la 64ème Escadre de Transport, il occupe depuis le 1er août 1994 : le bâtiment 315 et ses services techniques : le hangar HM4.

<< retour Haut de page

<< retour page "Unité participantes"


L’Escadron de Transport 02/064 «Anjou»


L’Escadron de Transport 02/064 « Anjou » est un escadron de transport tactique et possède de ce fait de multiples compétences.

Les 170 personnes composant l’escadron oeuvrent pour qu’à tout moment chaque Transall puisse accomplir une de ses multiples missions.

En effet, l’escadron assure des missions à caractère logistique :
 
- transport de fret et de personnels au profit de tous les corps d’armées.
- évacuation sanitaire au profit des armées, de l’Etat ou d’organisations civiles si besoin.

Mais également des missions à caractère tactique :
 
- largage de parachutistes.     
- navigation basse altitude.
- évacuation de ressortissants en zone de menace.
- atterrissage simultané d’appareils sur une même plateforme (TASLO)
- utilisation de terrains sommaires.



La spécificité des escadrons d’Evreux réside dans leur capacité de ravitaillement en vol.
Les Transall ont la possibilité de se faire ravitailler en vol, ce qui permet d’augmenter considérablement la charge offerte de l’appareil. Il peuvent aussi ravitailler en vol d’autres aéronefs ; Transall ou avions de chasse, afin d’accroître leur rayon d’action. Des missions d’avitaillement au sol sur terrains sommaires au profit d’hélicoptères et d’unités terrestres peuvent également être exécutées, c’est la spécialité de l’Anjou.
 

<< retour Haut de page

<< retour page "Unité participantes"


l’Escadron de Reconnaissance 01.033 « Belfort »



Stationné sur la Base aérienne 112 de Reims depuis 1994, l’Escadron de Reconnaissance 01.033 «Belfort», officiellement créé le 1er janvier 1945, tire ses origines de l’escadrille MF 33 créée au début de la Première Guerre mondiale.

La reconnaissance aérienne est la pricipale mission de l' ER 01.033 « Belfort ». Ces Mirage F1 CR sont équipés en interne de 2 caméras OMERA 40 et d'une OMERA 33, permettant ainsi une couverture photo optimum. A cet équipement s'ajoute une nacelle de reconnaissance "PRESTO". Pour augmenter sa capacité de reconnaissance, le Mirage F1 CR peut-être équipé d'une nacelle ASTAC capable d'analyser tout signal electromagnétique.

Le bombardement conventionnel et l'appui aérien sont les missions secondaires du "Belfort".

Ses actions d’éclat au cours du siècle écoulé ont valu à l’Escadron de Reconnaissance 01.033 « Belfort » plusieurs décorations : la croix de guerre 1914-1918 avec deux palmes de bronze et une étoile de vermeil, la croix de guerre 1939-1945 avec deux palmes de bronze et, en 2000, une citation à l’ordre de la division aérienne et la croix de guerre des Théâtres d’Opération Extérieurs avec étoile d’argent pour les missions effectuées en ex-Yougoslavie.

Actuellement équipé de vingt Mirage F1 CR, l’Escadron de Reconnaissance 01.033 « Belfort » est, de part la spécificité de sa mission et au même titre que l’E.R. 02.033 « Savoie », toujours amené à être présent là où les forces françaises ont à intervenir.


<< retour Haut de page

<< retour page "Unité participantes"


L'escadron de reconnaissance 2/33 " SAVOIE "


L'escadron de reconnaissance 2/33 " SAVOIE " tire ses origines de la création de la " D6 " à Reims en décembre 1912. Connu sous la dénomination C6 à partir de mars 1915, il deviendra " SAL 6 " en 1918 et stationne en Allemagne.

C'est en 1932, au sein de la 33ème escadre de reconnaissance créée cette année-là, que l'unité devient groupe de reconnaissance 2/33. Il est composé de deux escadrilles :
- escadrille n°3 " HACHE ", ex "SAL 33",
- escadrille n° 4 " MOUETTE ".

le GR 2/33 participera à la Seconde Guerre mondiale. Ses actions d'éclat lui valent deux citations à l'Ordre de l'armée aérienne avec attribution de la Croix de guerre avec palme.
Le groupe prend le nom de " SAVOIE " le 3 novembre 1943 alors qu'il est stationné en Afrique du Nord et participe à la campagne de Tunisie.

Premier escadron équipé de Mirage F1 CR, il participera à de nombreuses opérations extérieures  grace à l'efficacité du système d'armes de cet avion et sa capacité de ravitaillement en vol.
     - " EPERVIER " au Tchad de 1987 à 1992,
     - " DAGUET " en Arabie Saoudite d'octobre 1990 à mai 1991,
     - " GODORIAT " à Djibouti en juin 1991,
     - " ACONIT " à partir du terrain d'Incirlik, en Turquie, de juillet 1991 à février 1994,
     - " CRECERELLE " à partir du terrain d'Istrana, en Italie, depuis avril 1993,
     - " TURQUOISE " au Zaïre, en juillet/août 1994.

En matière de recueil de renseignement, la mission des unités de reconnaissance est d'être  opérationnel, quelle que soit la météo et l'heure du jour ou de la nuit ; ceci en tous points du globe. L'escadron de reconnaissance 2/33 " SAVOIE " en apporte aujourd'hui une preuve évidente sur tous les théâtres d'opérations dans lesquels la Force aérienne de combat est impliquée.



<< retour Haut de page

<< retour page "Unité participantes"



L’escadron de chasse 01.007 "Provence"


Basé sur la base aérienne 113 de Saint-Dizier, l’escadron de chasse 01.007 "Provence" est  la première unité de l’Armée de l’air équipée d’avions Rafale en . Il perpétue les traditions de deux escadrilles issues de la grande guerre : la SPA 15 (créée le 22 août 1912 à Reims) et la SPA 77 (créée le 19 septembre 1916 à Lyon Bron).

Le "Provence" dépend du Commandement des Forces Aériennes (CFA).Assurant les missions :

Principales :

- La polyvalence du Rafale permet à l'escadron de réaliser plusieurs missions comme la frappe en profondeur et la défense aérienne
- L'escadron participe également aux missions de police du ciel dans le cadre de la posture permanente de sûreté aérienne
- Il est chargé de la transformation des équipages des premiers escadrons Rafale, il disposera notamment d'un centre de simulation au concept novateur pour ce faire

Secondaires :

- Transformation des pilotes sur Rafale
- Instruction et contrôle annuel de l'ensemble des pilotes affectés
- Instruction et contrôle annuel des abonnés sur Alphajet


l'EC 1/7 reste fidèle à ses traditions et à la devise du Chevalier Bayard : " Sans peur et sans reproche ".



<< retour Haut de page

<< retour page "Unité participantes"


L'Escadron de Transport 01.061 "Touraine"



 Le groupe de transport 1 /15, héritier des traditions de V 101 et V113 remontant à la Première Guerre mondiale, est reconstitué le 1er octobre 1940, avec une dotation de Léo 45, Potez 29 et Farman. Il prend part à la guerre de Syrie, puis s'installe en 1942 au Maroc après s'être doté de Potez 540.

En janvier 1944, il se déplace vers Médiouna, et reçoit l'appellation de 1/15 "TOURAINE". Dès la Libération, et devant l'importance des tâches qui attendent les unités de transport chargées de rapatrier les prisonniers en Allemagne, le 1/15 est rééquipé en C-47 Dakota. Le 15 décembre 1944, l'unité rentre en France, sur le terrain de Valence, avant de rejoindre Orléans dès la fin de la guerre.

Les années suivantes voient les appareils du Touraine en Allemagne, mais aussi en Indochine lors de détachements temporaires. Ils participent aussi activement au pont aérien de Berlin le 1er juillet 1947, l'unité change de numérotation pour devenir le GT 1/61 "TOURAINE", au sein de la 61ème escadre de transport, mise sur pieds quelques mois auparavant.

Puis, en novembre 1954, le "TOURAINE" reçoit à son tour le célèbre Noratlas, devenu depuis l'année précédente le cheval de bataille du GMMTA. Avec ses nouvelles machines, il participe aux opérations de Suez. Suivent des opérations en Mauritanie, de nombreux détachements en Algérie, et des voyages aux quatre coins du monde, y compris les fameuses expéditions polaires au Gröenland.

La relève du Noratlas arrive en 1967. En effet, l'ET 1/61 "TOURAINE" est désigné pour être le premier escadron à mettre en œuvre le nouveau C-160 Transall. Le premier appareil se pose à Orléans le 22 novembre. Avec cette nouvelle machine, le "TOURAINE" ouvre de nouveaux horizons au transport aérien militaire. Hormis les opérations purement militaires, les C-160 participent dès lors à de très nombreuses missions humanitaires dans le monde entier.


<< retour Haut de page

<< retour page "Unité participantes"


L'Escadron de Transport 02.061 "Franche Comté"


L’escadron de transport Franche-Comté, héritier d’un passé glorieux, possède la particularité d’être la seule unité de l’Armée de l’air à opérer sur C.130 Hercules. Et bien qu’ayant adopté cette appellation en 1943, il trouve ses origines dans deux escadrilles de la grande guerre : La HF19 Bougnats et la BR104 Turcos. A la fin de la Deuxième guerre mondiale le Franche Comté totalise pas moins de 666 sorties de guerre en 87 missions. Il a largué 924 tonnes de bombes et accuse la perte de sept appareils. Dix membres d'équipape du groupe sont morts au combat.

Le Franche-Comté arrive en Indochine en septembre 1949 et quitte le pays le 15 octobre 1955, après avoir accompli 21000 missions de guerre et obtenu 5 citations. Il déplore la perte de seize personnes ainsi que la disparition de huit des siens. De plus huit avions ont été perdus ou détruits par le Viêtminh, et 157 ont été touché par la DCA.

De retour en France, sur la base aérienne d'Orléans, l'escadron volera sur les premiers Nord 2501 Noratlas en 1956, puis sur C.160 Transall en 1969. le 8 décembre 1987, les premiers Lockheed C.130 hercules se posent sur la base aérienne de Bricy, alors que l’on vient de fêter les 20 ans du Transall. Le 2/61 s’équipe peu à peu avec ce quadri-turbopropulseur Américain, qui offre au Transport Aérien Militaire des capacités stratégiques accrues. La dotation de douze appareils est atteinte en avril 1991.

Cet escadron prestigieux a toujours participer à de nombreuses opérations extérieures telle que les opérations Daguet ( 1990), Turquoise(1994), Epervier (1997), Santal(1999), Trident 1999), Héraclès ( 2001), Artémis '2003)...


Les Missions de l'escadron :
       
    - Assurer les besoins d'aéromobilité des forces armées.
    - Participer aux missions de présence et de souveraineté.
    - Missions d'intéret général (service public, humanitaires).
    - Missions spécifiques : Open Sky.
    - Mise en condition Opérationnelle des équipages.
    - Formation (personnels à l'instruction).
    - Alertes.



<< retour Haut de page

<< retour page "Unité participantes"


L’Escadron de Chasse 03.003 "Ardennes"


L'escadron de chasse 3/3 " ARDENNES " est issu du groupe de chasse " ARDENNES " créé le 10 octobre 1943 à Rayak au Moyen-Orient où il assurait des missions de couverture des côtes de Syrie et de Palestine.
Ce n'est qu'en juin 1944, alors qu'il est temporairement affecté à la 4ème escadre de chasse, que le groupe voit le n° III/3 accolé à son nom de baptême.
Au cours de ce conflit le groupe a notamment assuré des missions en Afrique du Nord dans le cadre du "COASTAL COMMANDO" et en France dans celui du "TACTICAL COMMAND".
Dissous le 10 avril 1946, l'escadron "ARDENNES" renaît à Friedrichshafen le 1er janvier 1950 sous l'appellation d'escadron de chasse IV/4 " ARDENNES ", il est alors équipé de Vampire. Il est à nouveau dissous le 1er octobre de cette même année.
Le 1er janvier 1953, l'escadron renaît sous l'appellation d'escadron de chasse III/3 " ARDENNES ". Stationné à Reims et équipé successivement de F84G et F84F, il prend part à la campagne de Chypre en 1956 puis est mis en sommeil le 15 novembre 1957.
Le 3/3 est reconstitué à Nancy-Ochey le 1er juillet 1974. Il est équipé de Mirage VF. En juin 1977, il termine sa transformation sur Jaguar, son nouvel appareil, avec lequel il participe à de nombreux détachements outre-mer. Le 23 juin 1977, l'escadron "ARDENNES" devient officiellement le 7ème escadron de Jaguar de la Force aérienne tactique.
L'un des faits marquants de l'escadron se situe en 1987 lorsque devant la montée en tension au Tchad, quatre Jaguar sont mis en alerte pour pallier toute offensive libyenne. Les avions décollent de Bangui en Centrafrique le 6 janvier 1987 afin de neutraliser les radars du terrain de Ouadidoum. Ces derniers restant muets, les appareils se posent après 3h25 de vol et trois ravitaillements en vol. Le lendemain, les appareils décollent avec le même objectif. L'un des radars émet. L'un des quatre missiles emportés atteint son but montrant au colonel Khadafi la détermination de la France.
Le 27 mai de cette même année, les Jaguar quittent le 3/3 qui va désormais évoluer sur Mirage IIIE et être le dernier escadron à en être équipé.

Avec l'arrivée le 30 mai 1994 du Mirage 2000D, l'un des avions les plus performants au monde, l'escadron de chasse 3/3 " ARDENNES " se voit confier de nouvelles missions.
En août 1994, devenu autonome avec la disparition du niveau escadre, l'escadron se voit attribuer une troisième escadrille. Ces dispositions font suite aux restructurations en cours.
Le 3/3 participe alors aux opérations "CRECERELLE puis "SALAMANDRE". Ainsi, à partir de Cervia en Italie, l'escadron "ARDENNES" assure la surveillance de l'espace aérien de la Bosnie-Herzégovine.
Fort de ses capacités et de ses compétences, l'escadron de chasse 3/3 " ARDENNES " est toujours fidèle à sa devise " Je ne recule ni ne dévie ".


<< retour Haut de page

<< retour page "Unité participantes"



L'Escadron de chasse 01.004 "Dauphiné"

 

Formée en janvier 1915, l'escadrille MS 37, équipée de MORANE-SAULNIER, prend part au conflit comme escadrille de reconnaissance d'armée. Elle participe à la bataille de VERDUN, puis se transforme sur NIEUPORT et sur SPAD. Elle est appelée à former le groupe de chasse 15 sous le nom de SPA 37 "Charognards".
Sa participation à la Deuxième Guerre Mondiale lui vaudra trois citations à l'ordre de l'Armée aérienne, ainsi que le droit au port de la fourragère aux couleurs de la Médaille Militaire.
Spécialisé dans les missions d'appui feu et d'assaut depuis 1944, il est chargé à partir de 1973 de la mise en œuvre de l'arme nucléaire tactique AN 52. Il assure désormais la mission de frappe nucléaire tout temps.

   

En 1987, l'Escadron entame les vols de transformation opérationnelle sur Mirage 2000N. En 1988, il est le premier escadron à percevoir cet appareil associé au missile ASMP (Air Sol Moyenne Portée). Le 1er Juillet il est déclaré apte à assurer l'alerte opérationnelle nucléaire.
En Septembre 1991, l'Escadron de chasse 1/4 "DAUPHINE" quitte le commandement FATAC (Force Aérienne Tactique) et est rattaché aux Forces Aériennes Stratégiques (F.A.S.). Il y reçoit la mission de frappe nucléaire d'ultime avertissement.
Il assure depuis juillet 1996 en collaboration avec les escadrons de chasse 02.004 "LA FAYETTE" et 03.004 "LIMOUSIN" la mission principale de dissuasion nucléaire stratégique jusqu'alors assurée par les Mirage IV P. Toutefois, il conserve, comme mission secondaire, l'assaut conventionnel tout temps.
Le caractère primordial de la mission principal ne doit cependant pas faire oublier la capacité de l'Escadron à intervenir sur des théâtres d'opérations extérieurs, dans des missions d'assaut conventionnel et d'appui feu des troupes, comme ce fut le cas en ex-Yougoslavie (cinq détachements effectués par les trois escadrons en 1994 et 1995, dont deux par le "DAUPHINE").
L'escadron participe régulièrement à de nombreux exercices inter-alliés, comme MAPPLE FLAG au Canada, TLP (tactical leadership program) en Belgique et CRUZEX au Brésil en 2004.




<< retour Haut de page

<< retour page "Unité participantes"


L'Escadron de chasse 02.004 "LA FAYETTE"



L'Escadron de chasse 2/4 "LA FAYETTE" a pour mission principale la dissuasion nucléaire et a été déclaré opérationnel sur le système d'armes Mirage 2000N/ASMP depuis le 1er juillet 1989, d'où son rattachement aux Forces Aériennes Stratégiques (F.A.S.). Il ne faut toutefois pas oublier qu'il peut également assurer des missions d'attaque au sol. C'est dans ce cadre qu'il participe aux missions en ex-Yougoslavie ainsi qu'aux exercices inter-alliés. Depuis 1996, il assure la mission nucléaire stratégique en lieu et place des Mirages IV P. Outre les exercices liés à sa mission principale, l'Escadron de chasse 02.004 "LA FAYETTE" participe régulièrement à des exercices interalliés en France ou à l'étranger. L'année 2001 à été marquée par la 85ème année d'existence de l'unité auréolée de nombreuses victoires aériennes, décorations militaires et coupes remportées dont la dernière comme un cadeau à ses anciens : la COUPE TACTIQUE.

Ces dernières années, l'escadron 02.004 a participé à de nombreux exercices interalliés comme MAPPLE FLAG au Canada, CRUZEX au Brésil, TLP (Tactical leadership program) en Belgique et DAPEX en Espagne en 2004.


Depuis juin 2006, l'escadron 02.004 accueille le Centre de Formation des équipages de MIRAGE 2000N (C.F.E.N.) qui assure la transformation initiale des navigateurs de combat et la transformation opérationnelle sur Mirage 2000N des pilotes affectés au sein des trois escadrons à vocation nucléaire (l’EC 01.004 « Dauphiné », l’EC 02.004 « La Fayette » et l’EC 03.004 « Limousin » basé à Istres). Les équipages sont ainsi initiés sur simulateur de vol, au vol à très basse altitude et à la « pénétration tout temps ».
 

<< retour Haut de page